la-randonnee-pedestre-zit

A 6 heures du matin, Taiza était déjà sur le sentier menant à settah, il était heureux d’apercevoir quelques villageois qui l’y ont déjà devancé.

« Bonjour mes amis » salua Taiza ;

« Bonjour Taiza, on est venu directement de la mosquée après la prière de sobh » répondit l’un des messieurs

Il n’en fit pas quelques secondes qu’une foule d’homme de tout âge était déjà sur leurs pas, on croirait un meeting organisé par une association pour la protection de l’environnement.

Taiza, était heureux de voir la prédisposition des habitants de la région à écouter et à vouloir savoir les choses qui concernent leur région.

« Bonjour Taiza, on va ou maintenant ? » demanda elketla à son ami

« Venez mes amis, on va longer les bords du bassin de façon à faire le tour de la cuve d’eau et retourner au point de départ de l’autre côté de la digue » expliqua taiza

« Pourquoi faire Taiza ? » demanda un jeune homme parmi la foule

« Je veux que vous voyez de visu, les résidus qui s’accumulent sur les bords à certains endroits du barrage, les algues qui prolifèrent et qui absorbent tous l’oxygène, et vous constaterez vous-même la différence de la couleur de l’eau d’un endroit à un autre à cause des déchets déversés par les usines, et le plus grave je vous le laisse en dernier quand on se retrouvera après la tournée, je vous demanderais donc, d’être vigilants et attentifs à tous ce que vous verrez » expliqua Taiza

Une vraie randonnée pédestre s’était déclenchée pour découvrir le mal de settah, la foule s’était divisée par groupe de dix à quinze personnes, plus d’une cinquantaines de personnes étaient présentes, taiza se félicita du nombre, et espérait faire passer le bon message à cette foule qui ,dans le cas où elle est bien sensibilisée, sera le lien de force avec le reste des habitants de la région et encore plus, les autorités locales.

A 13h, les randonneurs avaient fait le tour de la cuve, et s’étaient regroupés comme prévu de l’autre côté de la digue en parallèle du point de départ.

 «  Mes amis » commença taiza , « je vous remercie d’avoir étaient nombreux à répondre à l’appel de settah, depuis ce matin, on a fait le tour du barrage, et tous vous avez vu qu’à  certains endroits, des déchets solides se propageaient dans l’eau, des algues envahissant le sol des rives, et il n’y’a pas longtemps, vous avez dû tous entendre parler des poissons morts en grande quantités, certains entre vous ont même déjà senti un mauvais goût dans l’eau potable du village, tous ces signes nous interpellent pour faire attention à notre richesse, notre terre et notre cher settah, si on ne prend pas des initiatives et des actions nous même, dans dix ans, la pollution aura gagné nos propres foyers, nos vies, et les vies de nos enfants »

« taiza, tous ce que tu dis est vrai, on a remarqué ces fléaux durant notre marche de prospection de ce matin, et ce qui m’intrigue, c’est ce que tu as dit avant qu’on fasse la randonnée !, tu avais dit que le plus grave, tu allais nous le dévoiler en dernier, tu voulais dire quoi ? «  Questionna l’imam qui avait rejoint la foule

« Le plus grave, c’est que l’eau du barrage contient une forte densité en mercure, et c’est un élément très toxique, s’il est introduit dans le corps humain, il peut engendrer des maladie très graves comme le cancer, et si cette eau n’est pas traitée, notre région connaitra un vrai danger »

« Il y’avait une usine qui produit le mercure dans cette zone » confirma elketla

« Pour cela mes amis, nous devons nous mobiliser pour sauver notre région et pour sauver nos vies »

« Que doit-on faire mon ami ? » demanda anxieusement un homme dans la foule

« j’ai préparé un rapport sur la situation et j’y ai décrit des recommandations techniques, comme solutions, à titre d’exemples, la construction des stations d’épurations, des zones de filtration et de décantation… ;  qui reposent sur l’intervention des autorités locales, et je compte déposer ce rapport auprès des services concernés à la première heure demain, et j’espère trouver de la coopération de leur part, bien que je sais qu’en cas de leurs accord sur les recommandations que j’ai proposé, il faudra attendre des mois pour que cela se réalise, vu les procédures et les contraintes administratives et financières qu’il faudra supporter, en attendant, il faut que vous sachiez qu’une grande partie du chalenge repose sur vous autant qu’habitants de la région et premiers concernés par les dégâts que ces fléaux peuvent provoquer, pour cela, j’ai préparé un plan d’action en parallèle dont l’exécution incombe à tous et à chacun de nous, et j’espère qu’on sera uni pour le réaliser »

« Explique toi taiza, tu attends quoi de nous ? On est tous prêt à te suivre et à exécuter ton plan d’action » lança un homme avec de grande moustache au milieu de la foule.

« Tout d’abord, on va se répartir en groupe,

  1. le groupe des plus jeunes de 15 à 25 ans, sa mission sera de nettoyer les rives du barrage de tous les déchets solides et de tous les résidus, ces amas collectés doivent être triés au fur et à mesure, par nature, dans des récipients de couleurs différentes,
  2. le groupe des plus âgés entre 26 et 35 ans, seront chargé de vérifier tous les circuits et conduites des réseaux d’assainissement du village et des villages limitrophes qui déversent dans l’oued qui mené au barrage, pour définir une carte d’agglomération identifiant en couleur vert les nouveau réseaux, en jaune les conduites défaillantes et en rouge les endroits où il n’Ya pas de conduites ou le déversement se fait sauvagement,
  3. le groupe des personnes de 36 à 45 ans, se chargeront de superviser le travail des deux premières catégories d’équipe, de collecter les informations de ces équipes et de les transmettre à la cellule de pilotage
  4. la cellule de pilotage sera formée des personnes les plus diplômés de la région sans considération  d’âge, vu que leur mission sera de nous représenter auprès des autorités locales,  la traduction par des rapports des informations collectés et le contacte directe avec ces autorités pour assurer le suivi des réalisations ; Il se chargeront aussi de la demande d’aide pour achat ou mise à dispositions des outils de travail à la commune comme les bidons et sac de collecte des déchet, outillages et équipement de sécurité gants, masque…. La cellule de pilotage pourra diffuser le rapport que j’ai établi à toute personne physique ou morale désirant comprendre le phénomène en profondeur,     

Je voudrais aussi, axer nos interventions sur la sensibilisation de nos familles au recyclage des déchets ménagers, et sur la production de compost naturel à partir des déchets organiques qui sera utilisé comme engrais pour l’agriculture et le jardinage.

Aussi, vu la présence du mercure et du plomb en forte dose dans notre région, je demande à tous, de participer à une enquête de bio surveillance»

« C’est quoi cette enquête taiza ? » demanda un autre homme

«  C’est des prélèvements de sang, d’urine, de cheveux,  à effectuer à travers les habitants dont le but d’identifier les populations à risque d’intoxication ou de contamination par le mercure. Nous demanderons par le biais de la cellule de pilotage au secteur de la santé local de nous aider à transmettre ces prélèvement auCentre national de toxicologie, les prélèvements leurs permettront d’élaborer des stratégies de lutte et de prévention ciblées pour les personnes atteintes et dont on n’est pas conscient » termina taiza

« Oui, c’est une bonne idée » adhéra l’homme à la grande moustache. « je pense que ces initiatives apporteront un plus à cette région, merci taiza de nous avoir ouvert les yeux sur ce mal qui coulait sous nos pieds sans qu’on s’en rendent compte » termina-t-il

« Oui tu as raison, merci taiza » cria la foule saluant Taiza pour ce qu’il a fait

« Mes amis, ne me remerciez pas, ceci n’est qu’un pas vers le début, ce n’est même pas le debut, il faut qu’on soit persévérant et patient parce que le danger qu’on va affronter a beaucoup de tentacules et il est bien installé, ça va être difficile de le déraciner mais tout est possible si on reste uni » lança taiza

La foule s’était dispersée à 16h de l’après-midi, tout le monde était conscient de ce que taiza a révélé. Avec un esprit de patriotisme, le plan d’action que taiza a exposé allait être exécuté, le premier jour des grandes vacances.

Le lendemain, comme prévu, taiza se présenta à la commune pour y déposer son rapport et son plan d’action, puis il se dirigea vers la wilaya spécialement à la direction de l’environnement pour y déposer une copie aussi. Sa surprise fut si grande quand il découvrait que le directeur de wilaya de l’environnement n’était que l’homme à la grande moustache qui était présent hier à settah. Ce dernier le félicita pour son initiative et lui promettait de faire tout son possible pour aider dans la réalisation de ce chalenge.

Taiza, rentra chez lui, heureux de cette rencontre et plein d’espoir que son projet va voir le jour ; Il avait envie de courir jusqu’à settah et appeler de toutes ses forces l’esprit pour l’informer des choses qu’il avait accompli, mais sa mère lui avait dit, qu’il n’apparait qu’une seule fois par génération.

Cette nuit-là, après avoir passé une agréable dernière soirée avec sa famille, à leur raconter son exploit, taiza s’est endormi heureux et satisfait, demain, il devait prendre l’avion pour rentrer chez ses enfants de l’autre côté de la méditerranée, mais il savait que la prochaine fois quand il reviendra en été, il avait un défi à réaliser, une cellule de pilotage pour sauver settah l’y attendait.

Cette nuit-là, l’esprit de settah était venu le visiter dans le rêve et lui a dit « mon fils, tu as bien écouté, tu as tres bien observé, mais tu n’as pas encore senti ! », «  je ne comprends pas que dois-je sentir ? » demanda taiza , il appela « esprit, esprit, explique moi », mais l’esprit a disparu sans lui répondre.

Taiza se réveilla, en sueur, avait –il omit quelque chose, dans le message de l’esprit ??

A suivre.