verseau d'eau 2

Heureux d’avoir pris la décision de contacter son amie du bled, taiza s’endormi ce soir-là, comme un bébé, il savait qu’il pouvait compter sur son soutien, elle l’avait toujours fait, malgré qu’il n’en était  pas toujours reconnaissant.

Le lendemain, taiza parti travailler comme d’habitude, le soir à son retour, il ouvra sa boite de tchat spontané avec l’espoir de trouver un mot de son amie, mais il ne trouva rien, « je sais qu’elle me fera signe si elle trouverait quelque chose », se réconforta-t-il, mais il n’a eu aucun signe d'elle, cette nuit-là,« elle ne s’est peut-être pas connectée, elle doit avoir un empêchement » ; taiza était sûr que son amie avait eu un quelconque empêchement, parce qu’il savait qu’il a toujours fait la priorité dans sa vie, et si elle ne fait pas surface, c’est qu’elle a un empêchement.

Deux jours passèrent, trois jours, une semaine après et toujours aucun signe de bente lebled, « elle a dû m’oublier » pensa-t-il, « après tout, ça fait une éternité que j’ai arrêté de lui parler, elle doit avoir d’autres priorités que moi » fini-t-il par penser ;

Les jours passèrent sans que taiza ne trouve la réponse au message de l’esprit, ses enfants n’ont pas pu l’aider non plus ; « je vais en parler à ma mère, pourquoi je n’y ai pas pensé avant ?, pourtant elle avait compris le message de l’esprit, elle pourrait comprendre ce qu’il voulait dire par (tu n’as pas su sentir) »

Il appela aussitôt sa maman « allo, bonsoir maman »

« Bonsoir mon fils » répondit la voix fatiguée de la maman au bout du fil

« Qu’est-ce qu’il y’a maman ? Tu as des ennuis ? »

« Non mon fils, je vais bien, c’est juste la fatigue de l’âge, je ne suis plus jeune comme tu sais »

« Que me racontes tu la maman, tu es encore jeune, je pense même à te trouver un gentil mari » plaisanta-t-il en taquinant sa maman

« Pense plutôt à te marier toi même, au lieu de rester seul, tes enfants vont partir faire chacun sa vie, moi je ne vais pas vivre pour toi autant que je l’ai déjà fait »

« Ne dis pas ça maman, tu vivras encore longtemps pour moi » répondit-il, « dis-moi maman »

« Oui mon fils »

« Tu te rappel de l’esprit de settah »

« Oui mon fils »

« Avant que je ne rentre la dernière fois, je l’avais vu dans mon rêve et il m’a dit quelque chose que je n’ai pas compris »

« Ah bon, que t’a-t-il dit ? »

« Il m’a dit, mon fils, tu as bien écouté, tu as bien observé mais tu n’as pas bien senti, mais je n’ai pas compris pourquoi il m’a dit ça, tu as bien vu que je suis arrivé à faire sentir à tous le village le mal de settah !!»

« Oui mon fils, ne t’inquiètes pas, ça doit être juste un rêve parce que tu as trop pensé à cette histoire, tu as fait ce qu’il fallait, ne te reproche plus rien »

« Oui maman, tu as peut être raison, j’ai fait ce que j’ai pu, et à mon retour je ferais ce qui doit être fait aussi pour réaliser mon projet, merci maman, tes paroles m’ont soulagé »

« De rien mon fils, repose toi et ne pense plus à rien »

En coupant la ligne, taiza, respira profondément comme si un fardeau avait été enlevé par-dessus de son dos, « je savais, il n’y a que maman qui me comprend et qui peut comprendre ce qui m‘arrive »

Ce soir-là, taiza a décidé de ne plus penser à settah et à l’esprit de settah jusqu’au jour où il devrait rentrer au bled, pour mettre en exécution son plan d’action.

La nuit fut calme et sereine, à l’aube, taiza senti une soif étrange, il se releva pour boire et avec un grand étonnement, il s’est retrouvé à settah, le soleil venait à peine de se lever, en face de lui, l’esprit de settah tenant à la main une jarre pleine d’eau tiré du puit, l’esprit lui tendit la jarre et lui dit «  tiens taiza bois » , « taiza pris la jarre pleine à sa bouche et essaya de boire, mais l’eau n’arrivait pas à sa bouche », effrayé, il sursauta de son lit et découvrit que ce n’était qu’un rêve, il resta la ébahi, ne sachant plus quoi faire, il a eu peur de se rendormir croyant qu’il pourrait revoir l’esprit de settah.

Taiza, n’avait pas peur de revoir l’esprit de settah, il avait plutôt peur de se voir confronté à un autre message qu’il doit déchiffrer et qu’il n’en soit pas capable.

« L’esprit de settah, veux me dire quelque chose, maintenant j’en suis sûr et certain, et je dois comprendre ce qu’il attend de moi » dit –il avec conviction

A suivre