bbLe vide, ce sentiment qui nous interpelle pour nous signaler, qu’un jour, quelqu’un ou quelque chose, existait pour nous et que dorénavant, il n’existera plus !!   

En voici un témoignage :

Le jour où mon petit frère avait décédé, je voyais ma mère pleurer en pressant sa poitrine comme pour atténuer une douleur physique. Ce jour-là, mon défunt frère était sorti de la maison et avait eu un accident sur le chemin du retour, donc personne de nous n’avait assisté à sa mort.

Pourtant ma mère semblait y assister !

Assise en pleurant à chaude larmes en face de la porte d’entrée, tout le monde la réconfortait lui faisant croire que mon petit frère allait franchir le seuil d’un instant à l’autre.

Ma mère, les larmes aux yeux, leur disait, non, mon fils ne franchira plus le seuil de cette porte vivant, je ne le sens plus parmi nous !

Effectivement, quelques heures après, mon oncle arriva tremblant, s’agenouilla en face d’elle et lui dit « courage ma sœur, que Dieu ait l’âme de ton fils en paix, on vient d’apprendre malheureusement qu’il avait eu un accident à son retour à la maison »

Les larmes de ma mère, je n’en souviens à ce jour !

En ce moment-là, ma mère disait avoir senti un vide atroce dans sa poitrine comme si un membre de son corps s’en était détaché à jamais. Je n’avais pas compris ce sentiment ni connu ce genre de vide dont ma mère parlait, malgré que ma tristesse pour la perte de mon petit frère était opprimante.

Quelques années après, notre famille s’est trouvée infligée encore une fois, par la perte de mon père. Le jour de son décès, j’étais loin de la maison pour des raisons professionnelles. Sachant que mon père était malade, j’essayais tant bien que mal d’avoir de ses nouvelles, ce jour-là, à 4H du matin, je m’étais réveillée avec une sensation bizarre, un pressentiment de vide que je n’ai jamais pressenti au paravent, comme si une partie de moi avait quitté mon corps, un moment de paix et de sérénité avec un gout de mélancolie m’avait envahi.

A 8h du matin, mon téléphone sonne et j’entends la voix de mon grand frère me disant, ma chère sœur, notre père s’en est allé aujourd’hui à 4h du matin.

J’étais restée figée sans pouvoir dire un mot, ayant compris que le vide senti à 4h du matin n’était que la rupture du lien spirituel qui me liait à mon défunt père, vu qu’il avait quitté notre monde à cette heure-là.

Que Dieu ait son âme au paradis.

Nous êtres humains, nous ignorons la spiritualité, en général nous ne donnons importance qu’au monde matériel qui nous entoure, et bien que virtuel, le Vide ressenti au fond de nos âmes, est toujours  là pour nous rappeler spirituellement, la valeur de ce qu’on a perdu.  

 - وَفِي الْأَرْضِ آيَاتٌ لِّلْمُوقِنِينَ -وَفِي أَنفُسِكُمْ أَفَلَا تُبْصِرُونَ 

Il y a sur terre des preuves pour ceux qui croient avec certitude, ainsi qu'en vous-mêmes. N'observez-vous donc pas ? »

                                                                                                                   « sourate 51 Adh-Dhariyat »