RETOUR

Taiza se leva en sueur, le rêve l’avait intrigué, que voulait dire l’esprit de settah ? taiza avait mis tous ses sens à l’écoute de la nature, il a prospecté et analysé tous les mètres carrés et tout les circuits des eaux, que devait-il faire de plus ? Il avait bien senti le mal environnemental qui s’éveillait à settah, il l’avait même bien transmis aux habitants et aux autorités locales, alors ! Que voulait dire l’esprit avec « tu n’as pas bien sentis ? »

A l’aéroport, Taiza pris place dans la salle d’embarquement, il y avait beaucoup de monde, des hommes et des femmes, des enfants et des policiers qui faisaient les vigils, il était 10h du matin, quand une jeune femme s’approcha de lui : « bonjour »

« Bonjour » répondit taiza

« Tu ne me reconnais pas ? » demanda la jeune femme

« J’ai l’impression de vous avoir déjà vu, mais je ne me rappel pas où et quand ? » dit- il confus

« On avait fait le voyage ensemble l’année passée, vous m’aviez aidé à porter mes bagages »

« Désolé, je n’en ai aucun souvenir » répondit taiza

« Pas de problème, je vous souhaite un bon voyage » termina-t-elle

« Merci à vous aussi » dit taiza

La jeune femme pris congé de taiza et alla prendre place avec un groupe de personne qui l’accompagnait dans son voyage, il les entendu rire, mais n’y prêta aucune attention, tellement le message de l’esprit de settah le préoccupait.

Dans l’avion, taiza avait pris une place près du hublot, il faisait cela à chaque fois qu’il quittait son pays, comme pour envoyer un au revoir à sa terre natale, mais cette fois, il l’avait fait pour chercher à voir ou a détecter l’esprit de settah.

L’avion s’éloigna de la terre et survola les nuages, il n’y avait plus que le grand espace bleu à admirer.

« Monsieur » dit une voix douce

Taiza se retourna, une gentille demoiselle continua «  vous désirez du jus ou boisson gazeuse ? » offrit l’hôtesse de l’air

« Du jus mademoiselle, merci » répondit –il

« Voilà à votre santé « fit – elle avant de passé au second passager

Taiza entendit des rires au fond de l’avion,  c’était le même groupe de voyageurs qui accompagnait la jeune femme qui l’avait salué à la salle d’embarquement, « ils ne peuvent pas être plus calmes ? » se demanda-t-il au fond de lui.

« Ah, les jeunes ! » dit le vieux monsieur assis à côté de taiza

« Ils sont très excités je le reconnais » affirma taiza

« Ils ne sont pas conscients, ou peut-être c’est nous qui sommes très préoccupés ! » répondit le vieil homme

« Je suis Saïd, je vais rendre visite à mon fils » dit le vieux monsieur

« Moi c’est Taiza,  je rentre chez moi, enchanté monsieur »

« Ravi, monsieur »

Le vieil homme était très réactif, il avait des opinions sur
tous, taiza passa un agréable moment en sa compagnie, ça lui a permis d’arrêter de penser au rêve qui commençait à le stressé, il ne s’apercevait pas du temps passé, jusqu’à ce que l’hôtesse de l’air annonça l’arrivée à l’aéroport de destination.

Taiza, pris ses bagages, et sorti de l’aéroport pour retrouver son amie qui devait l’attendre avec la voiture.

« Alors, ton voyage était bon ? » demanda l’amie avec un grand sourire heureuse de retrouver taiza

« Le voyage était bon, mais ce que j’ai vécu en ce séjour, je ne l’ai jamais vécu avant »

« Ah oui, que s’est –il passé ? » demanda l’amie

« Un groupe  de jeune n’a pas cessé de crier et de rire dans l’avion, c’était très désagréable, j’en ai la tête qui tourne jusqu’à maintenant » dit –il

« Oh, rien que ça ! J’ai cru que tu allais me dire qu’on t’a kidnappé «  plaisanta l’amie

Taiza, s’étonna de son comportement, pourquoi – il a détourné la discussion ? Pourquoi il n’a pas dit ce qui lui est arrivée à son amie ? Était – il juste fatigué du voyage ?

Une fois à la maison, taiza, ouvra ses bagages, pris un bain et s’allongea sur son lit, il s’était endormi un bon moment, au réveil, ses enfants étaient déjà à la maison, il passa la soirée avec eux, puis, il appela sa maman au téléphone pour l’informer qu’il était bien arrivée.

La journée termina, tout était redevenu comme avant, normal, sauf que taiza, resta intrigué par ce qu’il a dû ne pas comprendre dans le message de l’esprit. Il n’informa aucun de ses enfants de ce qui c’était passé à settah, il n’avait pas les idées claires, « je les informerais quand je serais prêt et quand j’aurais compris le message de l’esprit de settah »

Il s’endormit ce soir-là profondément, le lendemain, une vie de routine allait prendre le relais.

A suivre